Sito in Italia dove è possibile acquistare la consegna acquisto Viagra a buon mercato e di alta qualità in ogni parte del mondo.

Cavi.univ-paris3.fr

Colloque “coordination et subordination”26-28 mai 2005Isabelle Bril et Georges Rebuschi Colette CortèsC.I.E.L. (Centre Interlangue d'études en lexicologie)Université Paris 7 Denis DiderotJuin 2005 Une analyse fonctionnelle, distributionnelle et cognitive des
subordonnées de l'allemand moderne.

Plan de l'article
1 Étude fonctionnelle des subordonnées de l'allemand
1.1. Tests de Ducrot et fonction des subordonnées de l'allemand1.2. Résumé des observations 2 Étude distributionnelle de la subordonnée et du corrélat ou connecteur.
2.1. La nature du corrélat confirme les résultats de l'analyse fonctionnelle 2.2. Étude de la position en chaîne de la subordonnée et du corrélat ou connecteur.
3 Hypothèses sur la structure de la phrase complexe
Les subordonnées de l'allemand se caractérisent par des marquages morphologiques, comme le typede subordonnant et le type de corrélat, ainsi que par des phénomènes de position, qui permettentd'en proposer une typologie très différenciée : la position en chaîne de la subordonnée dans laphrase, la position du verbe dans la subordonnée (position finale, s'il y a un subordonnant /première position si le subordonnant est absent), mais aussi la position du verbe de la principale.
Tous ces indices seront étudiés soigneusement, et, à partir de l'analyse distributionnelle rigoureusede ces marqueurs formels et syntaxiques et de leur incidence, nous pourrons faire ressortir unetypologie des subordonnées de l'allemand, où chaque sous-type se caractérise par unordonnancement hiérarchisé des constituants de la phrase complexe qui lui est propre.
Nous proposerons donc une analyse qui tient très largement compte des données de la syntaxe, maisqui tente aussi d'interpréter les marqueurs anaphoriques, les connecteurs et les particules illocutoirescaractéristiques des subordonnées. Ce cheminement entre syntaxe et pragmatique essaiera dedéboucher sur l'ébauche de modèles cognitifs propres à rendre compte des différents enchaînementsau sein des phrases complexes.
Précisons que les subordonnées relatives et, d'une manière générale, toutes celles qui dépendentd'un groupe nominal ne seront pas considérées dans ce travail. Nous laisserons également de côté lemarqueur so, qui peut servir de corrélat, mais qui a aussi beaucoup d'autres fonctions comme cellede marqueur de gradation, et qui peut donc régir des subordonnées; dans le cadre d'un travail aussicourt, on ne peut rendre la spécificité d'un marqueur aussi complexe. Le travail s'appuiera surl'étude des subordonnants les plus utilisés et de leurs corrélats en d- les plus fréquents et il essaierade montrer que l'emploi des subordonnées de l'allemand et de leurs corrélats en d- repose sur unsous-système fonctionnel et distributionnel cohérent.
Dans une première partie, une série de tests proposés par Oswald Ducrot et adaptés à l'allemandnous permettra de distinguer quatre types fonctionnels de subordonnées dépendantes du groupeverbal en allemand (deux types de subordonnées liées et deux types de subordonnées non liées).
La deuxième partie sera consacrée à l'étude des corrélats ou connecteurs et à des phénomènes deposition en chaîne, qui nous conduiront à la détermination de sous-classes, qui s'emboîtent au seinde la construction hypotaxique, mais qui posent aussi un problème difficile pour l'élaboration d'untraitement syntaxique unifié de phénomènes s'étendant sur un aussi large éventail. La question de lahiérarchie des constituants de la phrase complexe sera abordée dans la troisième partie de ce travail.
1 . Étude fonctionnelle des subordonnées de l'allemand
Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand L'application des tests de Oswald Ducrot à un très grand nombre de subordonnées de l'allemandpermet de proposer (C. Cortès 1988) un classement des subordonnées allemandes dépendant d'unestructure verbale en quatre grands types de subordonnées selon leurs caractéristiques syntaxiques et/ ou pragmatico-sémantiques .
Dans un premier temps , nous montrerons comment s'appliquent les tests aux subordonnées del'allemand. Puis nous donnerons quelques précisions sur le fonctionnement sémantique etpragmatique des subordonnées étudiées.
1.1. Tests de Ducrot et fonction des subordonnées de l'allemand
Pour rendre la compréhension plus facile, nous partirons du tableau 1 de résultats que nousillustrerons ci-dessous par des exemples attestés dans les CD Rom du Spiegel de 1997 à 2000.
Tableau 1 de résultats des tests (Subordonnée = Q) immédiatement devant QInsertion d'une particule mobile - immédiatement devant QInsertion d'un modalisateur - immédiatement devant QQ reprise en question écho question globaleQ dans l'incidence d'une + négation globaleQ dans l'incidence d'une + modalisation globaleEnchâssement de la phrase en P' (exemple de P' = er glaubt, [P' [P, Q]] Exemples d'application des tests.
Pour faciliter la lecture, nous partirons de quatre exemples illustrant les quatre types fonctionnels desubordonnées de l'allemand et nous proposerons des exemples attestés montrant comments'applique chaque test.
((1) Type 1) Kohl-Vertraute erwarten, dass sich der Ex-Parteichef schon für eine juristischeAuseinandersetzung mit der CDU bereit macht. Spiegel 2000 / 4 / 29 (Des proches de Helmut Kohl sontcertains que l'ancien chef du parti est déjà en train de se préparer à une confrontation juridique avec la CDU.) ((2) Type 2) Jetzt hat die Bezirksversammlung auf Antrag der SPD beschlossen, neue Straßen künftig nachFrauen zu benennen, weil nämlich Frauen rein straßennamensmäßig unterrepräsentiert sind. Auf 2000Männerstraßen kommen nur 270 mit Frauennamen. Spiegel 2000 / 10 / 20 (L'assemblée de la circonscriptionvient de décider, à la demande du SPD, de donner désormais aux nouvelles rues des noms de femmes, parce quecelles-ci sont sous-représentées sur ce plan. Pour 2000 rues portant des noms d'hommes, seulement 270 portentdes noms de femmes.) ((3) Type 3) Und da Faese Haschemi auch noch „Gleichberechtigung“ für ihreGeschlechtsgenossinnen fordert, verwundert es nicht, dass ihre Wahlkampfauftritte schon von rechtenRandalierern gestört wurden. Spiegel 2000 / 6 / 170 (Et puisque Faese Haschemi exige par dessus le marché"l'égalité des droits" pour les femmes, il n'y a rien d'étonnant à ce que ses interventions lors des meetingsélectoraux aient déjà été perturbées par des chahuteurs de droite.) ((4) Type 4) Bis auf weiteres hat der Online-Händler Bol.de die bislang übliche Auslieferungsweise vonBestellungen an Kunden aus osteuropäischen Ländern gestoppt. Grund dafür ist „eine hohe Anzahl an Fällen Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand von Kreditkartenmissbrauch“, wie einer Kundin aus Ungarn mitgeteilt wurde, die Bücher bestellen wollte.
Spiegel 2000 / 43 / 111 (La librairie en ligne Bol.de vient de suspendre jusqu'à nouvel ordre la livraisonpourtant habituelle jusqu'ici de commandes à ses clients des pays d'Europe de l'est. La raison en est le tauximportant d'utilisations frauduleuses des cartes de crédit, comme cela fut dit à une cliente de Hongrie qui voulaitcommander des livres.) La subordonnée de type 1 et 2 peut servir de réponse à une question partielle en W- (was pour lessubordonnées de type 1 et wie, wann, warum, etc. pour les subordonnées de type 2.). En revanche,les subordonnées de types 3 et 4 ne peuvent servir de réponse à aucune question partielle en W-.
(Question partielle Type 1) SPIEGEL: Was erwarten Sie vom Prozess? Kempker: Dass das komplizierteVerhältnis von Wörtern und Realität und dem Schmerz dazwischen zur Sprache kommt. Spiegel 2000 / 7 /219 (Spiegel : Qu'attendez-vous du procès? Kempker : Que s'exprime le rapport complexe des mots à la réalitéet à la douleur qui s'inscrit entre les deux.)(Question partielle Type 2) Das Authentische beginnt überhaupt erst zu leben, wenn wir mitunserer Phantasie herangehen. Wenn Sie ein KZ besuchen, erfahren Sie, dass dort eigentlich nichts zu sehenist – außer Baracken, Bäumen, Zäunen. Und doch ist man hinterher völlig erschöpft. Warum? Weil dereigene Kopf hinzuphantasiert hat, was er aus Büchern, Filmen und natürlich auch aus der Wissenschaft kennt.
Spiegel 2000 / 4 / 183 (Le sens de ce qui est authentique ne prend vraiment corps en nous que lorsque nousfaisons jouer notre imaginaire. Quand nous visitons un camp de concentration, nous découvrons qu'il n'y a, àvrai dire, rien à voir - si ce n'est des baraques, des arbres et des barbelés. Et pourtant, après la visite, on esttotalement épuisé. Pourquoi? Parce que notre cerveau a complété ce que nous avons vu par ce que nous avonsappris dans les livres, les films et évidemment aussi par ce que nous en dit la science.) L'insertion d'une négation, d'un particule mobile ou d'un modalisateur placés directement devant lasubordonnée n'est possible qu'avec les subordonnées de type 2.
(Négation + sondern Type 2) Ich dagegen mag meine Empfindungen während der Partie(Schachspiel) nicht zeigen. Nicht weil ich sie vor meinem Gegner verbergen will, sondern weil das meinNaturell ist. Spiegel 2000 / 53 / 293 (Pour ma part, je n'aime pas laisser percer mes émotions pendant la partie(d'échecs). Non que je veuille les cacher à mon adversaire, mais parce que c'est ma nature.)(Particule mobile Type 2) „Viele Kids“, sagt der Hamburger Möller, „halten Crack für schick, gerade weiles als Teufelsdroge gilt“. Spiegel 2000 / 52 / 67 ("Beaucoup de gamins" nous dit M. Möller, de Hambourg,"trouvent qu'il est de bon ton de fumer du crack précisément parce que cette substance est considérée comme ladrogue du diable.")(Modalisateur Type 2) Dass sein Capellari (TV-Figur „Professor Capellari“) hinhaut, davon war Thunüberzeugt, vermutlich weil die Figur ihm ungeheuer ähnelt. Spiegel 2000 / 6 / 218 (Que le personnage duProfesseur Capellari qu'il incarne à la télévision serait au poil, de cela Thun en était persuadé, probablementparce que ce personnage lui ressemble prodigieusement.) La subordonnée peut être reprise en question écho aussi bien pour le type 1 que pour le type 2 (Question écho Type 1) Was müssen jetzt die anderen denken? Dass ostdeutsche Frauen nicht richtigwischen können? Dass Ostdeutsche keine guten Heizungen bauen können? Spiegel 2000 / 14 / 20 (Que vontdésormais penser les autres? Que les allemandes de l'Est ne savent pas faire le ménage? Que les allemands del'Est ne savent pas construire de bonnes installations de chauffage?)(Question écho Type 2) SPIEGEL: Sie halten es also nicht für denkbar, dass Kohl die Spendernennt? Schäuble: Bisher sagte er, er werde es nicht tun. SPIEGEL: Weil ein Teil aus dubiosenQuellen kommt? Schäuble: Ich teile Ihre Verdächtigungen nicht. Spiegel 2000 / 2 / 32 (Spiegel : Vousn'imaginez donc pas que Kohl puisse indiquer qui a fait bénéficier son parti de ces largesses ? Schaüble :Jusqu'ici, il a toujours dit qu'il ne le ferait pas. Spiegel : Parce qu'une partie de l'argent provient de sourcesdouteuses ? Schaüble : Je ne partage pas votre suspicion.) L'insertion de und dies, und zwar (et cela, et à vrai dire) n'est possible qu'avec les subordonnéesde type 2, mais pas avec les subordonnées de type 1, de type 3 et de type 4 (Insertion de und dies, und zwar, Type 2) SPIEGEL: Wenn die Regierung also dieUnternehmensteuern, wie jetzt geplant, senken will, dann heißt das, dass der Spitzensteuersatz in Deutschlandkünftig allenfalls bei 38 Prozent liegen darf? Kirchhof: Das wäre exakt die Konsequenz, u nd zwar weil es keinArgument gibt, das eine unterschiedliche Steuerbelastung von Selbständigen und Angestellten plausibelmacht. Spiegel 2000 / 21 / 92 (Spiegel : Donc si le gouvernement veut baisser, comme prévu, les impôts surles entreprises, cela veut dire que le taux d'imposition maximal en Allemagne ne pourra dépasser 38 % àl'avenir ? Kirchhof : Cela en serait exactement la conséquence, et cela parce qu'il n'y a aucun argument quipuisse justifier une différence d'imposition entre travailleurs indépendants et employés.) Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand L'insertion de nämlich (de fait, en effet) est possible avec les subordonnées de type 1 et de type 2mais pas avec les subordonnées de type 3 et de type 4 (Insertion de nämlich Type 1) Viele unserer Mitglieder erwarten, dass wir weit höhereLohnsteigerungen durchsetzen. Sie sehen nämlich, dass die Auftragslage ihrer Firma glänzend ist und dieGewinnsituation top. Spiegel 2000 / 6 / 52 (Un grand nombre de nos adhérents attendent de nous que nousimposions des augmentations de salaires beaucoup plus importantes. Ils observent en effet que la situation deleur entreprise est excellente, tant en ce qui concerne les commandes que le bénéfices.)(Insertion de nämlich Type 2) Die bestehende Infrastruktur (Telekommunikation) kann nämlich nur zueinem geringen Teil weiter genutzt werden, weil UMTS mit einer anderen Übertragungstechnik arbeitet.
Spiegel 2000 / 17 / 80 (L'infrastructure existante (Télécommunication) ne peut continuer à être utilisée quepartiellement, et cela parce que l'opérateur UMTS travaille avec une autre norme de transmission.) Les subordonnées de type 1 et de type 2 peuvent être dans l'incidence d'une question globale, alorsque les subordonnées de type 3 et 4 en sont exclues : (Q dans l'incidence d'une question globale Type 1) SPIEGEL: Glauben Sie, dass die Verbraucher denGen-Mais kaufen würden? Spiegel 2000 / 8 / 255 (Croyez-vous que les consommateurs achèteraient du maïsgénétiquement modifié ?)(Q dans l'incidence d'une question globale Type 2) SPIEGEL: Die Niederlage der Union ist vor allemauch eine Schlappe für Friedrich Merz. Haben Sie Mitleid mit Merz, weil der nun in seiner Rolleals Oppositionsführer ziemlich demontiert wurde? Spiegel 2000 / 29 / 34 (La défaite de la CDU est avant toutl'échec de Friedrich Merz. Avez-vous pitié de Merz parce qu'il se trouve plutôt désarçonné dans son rôle de chefde file de l'opposition?) Les subordonnées de type 1 et de type 2 peuvent être dans l'incidence d'une négation globale dephrase, alors que les subordonnées de type 3 et 4 en sont exclues.
(Q dans l'incidence d'une négation globale Type 1) Man kann eben von einem Ochsen nicht erwarten,dass er Milch gibt. Spiegel 2000 / 47 / 12 (On ne peut justement pas attendre d'un boeuf qu'il donne du lait.)(Q dans l'incidence d'une négation globale Type 2) Die EU-Kommission werde also nicht kritisiert,weil sie nichts tue, sondern weil einigen Regierungen nicht gefalle, wie sie handle. Spiegel 2000 / 15 / 201(La Commission européenne n'est donc pas critiquée parce qu'elle ne fait rien, mais parce que la manière dontelle agit ne plaît pas à certains gouvernements.) Les subordonnées de type 1 et de type 2 peuvent être dans l'incidence d'un modalisateur portant surtoute la phrase, alors que les subordonnées de type 3 et 4 en sont exclues.
(Q dans l'incidence d'une modalisation globale Type 1) Wahrscheinlich werden Aktiengesellschaftenihnen bald die Tür einrennen für kampferprobte Weisheiten wie die, dass nackte Informationen nichtunbedingt reichen, um Aktien zu verkaufen. Spiegel 2000 / 3 / 109 (Vraisemblablement, les sociétés paractions vont bientôt enfoncer des portes ouvertes avec des évidences comme celle ci : l'information seule nesuffit pas forcément pour vendre des actions.)(Q dans l'incidence d'une modalisation globale Type 2) Wahrscheinlich rufen sie das, weil siees nicht länger ertragen können, sich ihrer alten Liebe dauernd schämen zu müssen. Spiegel 2000 / 18 / 150(Ils crient sans doute cela parce qu'ils ne peuvent supporter plus longtemps d'avoir honte de leur idoled'autrefois).
On trouve fréquemment une subordonnée de type 1 ou de type 2 qui est enchâssée dans une autrephrase, la relation entre P et Q n'étant pas modifiée; en revanche, en cas d'enchâssement d'unephrase complexe avec subordonnée de type 3, la subordonnée de type 3 change d'incidence, demanière à rester toujours en relation directe avec la phrase matrice; quant à la subordonnée de type 4incise, elle conserve la même incidence partielle, qu'elle soit enchâssée ou non : (Type 1[P' [P, Q]]) Ich weiß nicht genau, ob europäische Zuschauer wissen, dass diese Typen wirklichgenau so sind, wie ich sie zeige. Spiegel 2000 / 1 / 162 (Je ne sais pas bien si les spectateurs européens saventque ces types sont exactement comme je les montre dans le film.)(Type 2 [P' [P, Q]]) Biedenkopf: Ich höre oft gerade von Jüngeren in der CDU: Wir lassen nicht zu, dassunsere Zukunft verscherbelt wird, nur weil ihr Älteren euch nicht einigen könnt und auf euren Besitzständenhockt. Spiegel 2000 / 1 / 31 (Biedenkopf: A la CDU, j'entends souvent les jeunes dire : Nous ne permettronspas que notre avenir soit bradé uniquement parce que vous, les vieux, vous ne pouvez vous entendre et vouscampez sur vos positions.)(Type 3 [[P', P] Q]) Und heute, vier Jahrhunderte nach seinem gewaltsamen Tode, lässt sich festhalten, dasssein Denken diesen Anspruch durchaus eingelöst hat, obwohl es nahezu folgenlos blieb. Spiegel 2000 / 7 / 208(Et aujourd'hui, quatre siècles après la mort violente de Giordano Bruno, on peut retenir que sa pensée a Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand vraiment permis de prendre conscience de la nécessité d'une évolution (= accepter la révolution copernicienne),même si elle n'a pour ainsi dire pas eu de conséquence directe.)(Type 4 : Q peut porter sur n'importe quel constituant de la phrase) Landwirtschaftsminister JeanGlavany bezweifelt, dass Deutschland, wie offiziell behauptet, wirklich frei von Rinderwahnsinn ist. Spiegel2000 / 46 / 219 (Le ministre de l'agriculture, Jean Glavany, a des doutes sur le fait que l'Allemagne ne connaissevraiment aucun cas de maladie de la vache folle, comme l'affirme le discours officiel.) On peut faire exactement la même démonstration avec les infinitives finales introduites par um. zu(= pour que), ce qui prouve qu'elles sont à traiter, sur le plan fonctionnel, comme les autressubordonnées.
L'infinitive introduite par um. zu (= pour que) de type 1 et 2 peut servir de réponse à une questionpartielle en wozu, alors que les subordonnées de types 3 et 4 ne peuvent servir de réponse à aucunequestion partielle en w-.
(Type 1 : Wozu waren die gefälschten Dokumente nötig? Um die erlogene Version einigermaßen abzusichern.
/ A quoi ont servi les documents falsifiés? A apporter quelque soutien à la version mensongère du rapport.),(Type 2 : Wozu hat sich die Gesellschaft Regeln gegeben ? Um das Zusammenleben so vieler Menschen auf soengem Raum zu ermöglichen. / Pourquoi la société s'est-elle donné des règles? Pour permettre à tant de gens devivre ensemble sur un territoire aussi réduit.).
Seule l'infinitive liée de type 2 introduite par um. zu- peut se trouver dans l'incidence d'unenégation de phrase et être reprise par sondern .
(Type 2 : Frauenrechtlerinnen sind davon überzeugt, dass all diese Regelungen keineswegs erlassen wurden,um Frauen zu schützen – sondern vor allem, um der Angst der Männer zu begegnen, sie könnten dieKontrolle über die Fortpflanzung der Frau und damit über die Frau an sich verlieren. Spiegel 00 / 43 / 93 (Lesspécialistes des droits de la femme sont convaincus que tous ces règlements n'ont pas été établis pour protégerles femmes mais pour répondre à la peur qu'ont toujours eue les hommes de perdre le contrôle sur lareproduction et, par conséquent, sur la femme elle-même.) Seule l'infinitive liée introduite par um. zu- peut être reprise sous forme de question.
(Type 1 : Sprecher A : Viereinhalb Jahre waren dazu nötig. Sprecher B : Um die Unglücke aus den Jahren1991 und 1994 zu klären?); Locuteur A : Il a fallu quatre ans. Locuteur B : Pour enquêter sur les accidents de1991 et 1994?)(Type 2 : Sprecher A : Die Gesellschaft hat sich Regeln gegeben ; Sprecher B : Um das Zusammenleben sovieler Menschen auf so engem Raum zu ermöglichen? / Locuteur A : La société s'est donné des règles.
Locuteur B : Pour permettre à tant de gens de vivre ensemble sur un territoire aussi réduit?) Seule l'infinitive liée introduite par um. zu- peut se trouver dans l'incidence d'une question globaleou d'un modalisateur portant sur toute la phrase complexe: (Type 1 : (Welche Allianzen mit Serviceanbietern, Banken und Versandhäusern sind nötig, um den multi-medialen „Content“ anbieten zu können? Spiegel 00 / 8 / 147 Quelles alliances avec des pourvoyeurs deservices, des banques et des maisons de vente par correspondance seront nécessaires pour donner du contenu auxentreprises multimedia?)(Type 2 : Die ganze Operation läuft natürlich nur, um den Inhaber des Kontos in der Schweiz zuverschleiern. Spiegel 00 / 07 / 70 / Toute l'opération n'a évidemment qu'un seul objectif : dissimuler lepropriétaire du compte en Suisse.)).
L'enchâssement de l'infinitive liée introduite par um. zu- ne modifie pas sa relation à la phrasematrice (Type 1 : Langhoff weiß, dass heute ein anderer, finanziell risikobewusster Typ des Theaterdirektors nötigwäre, um eine Bühne wie das Deutsche Theater lebensfähig zu halten. Spiegel 00 / 29 / 187 Langhoff saitqu'aujourd'hui, il faudrait un autre type de directeur de théâtre, capable de gérer les risques financiers pourmaintenir la viabilité d'une scène comme le Deutsche(s) Theater) Pour toutes les infinitives non liées introduites par um. zu (= pour que), les tests sont tousnégatifs, et la subordonnée introduite par um zu de type 3 participe à la structure argumentative de laphrase complexe, alors que la subordonnée de type 4 est un commentaire métalinguistique, portantsur les moyens d'expression utilisés par l'énonciateur dans la principale.
L'infinitive finale introduite par um. zu (= pour que) est donc à assimiler, sur le plan fonctionnel,aux subordonnées de l'allemand à verbe fini.
1.2. Résumé des observations sur la fonction des subordonnées allemandes
L'application des tests de Ducrot montre que les subordonnées allemandes dépendant d'un phrase sedivisent en quatre groupes fonctionnels, deux groupes de subordonnées liées et deux groupes desubordonnées non liées.
Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand - La subordonnée de type 1, pour laquelle une grande moitié des tests donnent des résultats positifs, est une subordonnée liée qui occupe une fonction d'actant dans la phrase matrice (sujet, objetdirect, objet prépositionnel). Tous les tests qui mettent en valeur cette relation syntaxique trèsétroite sont positifs, alors que ceux qui marqueraient (par l'insertion d'une particule immédiatementdevant la subordonnée) une certaine autonomie de la subordonnée sont négatifs. C'est donc dans lecadre de la valence de la phrase matrice que l'on peut rendre compte de la fonction syntaxique dessubordonnées de type 1. La subordonnée de type 1 couvre à la fois ce que les grammairiensfrançais (Danielle Leemann 2002) appellent complétives, interrogatives indirectes et lessubordonnées qui sont directement régies par les particules de gradation (que nous ne traiteronspas dans ce travail par manque de place).
- La subordonnée de type 2 , pour laquelle tous les tests donnent des résultats positifs, est certes une subordonnée liée, mais qui présente une plus grande autonomie. Elle occupe une fonction decirconstant par rapport à la phrase matrice.
- La subordonnée de type 3, pour laquelle tous les tests donnent des résultats négatifs, est une subordonnée non liée sur le plan syntaxique, mais elle garde une relation de co-constituance parrapport à la phrase matrice dans le cadre de la construction des enchaînements textuels et del'argumentation. La subordonnée de type 3 fait partie d'un projet rhétorique mis en discours dansla phrase complexe.
- La subordonnée de type 4, pour laquelle tous les tests donnent des résultats négatifs, est une subordonnée non liée sur les plans syntaxique et pragmatique; elle remplit une fonctionmétalinguistique, c'est-à-dire qu'elle exerce une fonction propre de commentaire autonymique,hétérogène au projet rhétorique porté par la phrase complexe.
Si nous voulons résumer dans le tableau 2 les subordonnants étudiés dans ce travail, il convientd'introduire une nouveau critère de distinction entre des subordonnants "globaux" (qui introduisentl'ensemble de la subordonnée sans avoir le statut d'un actant ou circonstant dans la subordonnée) etdes subordonnants "partiels" (qui ont le statut d'un actant ou circonstant dans la subordonnée).
Comme on le voit, les subordonnants partiels sont tous introduits par le marqueur d'indéterminationen w-, alors que, pour les subordonnants globaux, on observe une opposition entre subordonnantdéterminé en d- et subordonnant indéterminé en ob et w-.
GLOBAL
Le subordonnant daß,
n'a pas le ob,
statut d'actant wenn
ou circonstant
PARTIEL
Le subordonnant wer
a le statut d'un was
circonstant
Observons en outre que les corrélats ou connecteurs que nous allons étudier sont beaucoup plusfréquents avec les subordonnants globaux qu'avec un subordonnant partiel.
Le fonctionnement sémantique et pragmatique des subordonnées étudiées sera analysé au chapitre 3,après une étude distributionnelle précise des subordonnées et de leurs corrélats au chapitre 2.
Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand 2 . Étude distributionnelle de la subordonnée et du corrélat ou
connecteur.
En allemand, chaque type de subordonnée est caractérisé par des marquages morphologiques (a, b,c) et des marquages de position en chaîne (d, e, f) : - (a) le type de subordonnant, ou, s'il y a lieu, l'absence de subordonnant,- (b) le type de corrélat, ou, s'il y a lieu, l'absence de corrélat,- (c) la détermination des éléments contenus dans la subordonnée (détermination du sujet, choix des temps verbaux, aspect, présence de modalisateurs), etc.
- (d) la position en chaîne du verbe dans la subordonnée (position finale, s'il y a un subordonnant / première position si le subordonnant est absent), - (e) la position en chaîne du verbe de la principale,- (f) la position en chaîne de la subordonnée dans la phrase.
Dans ce chapitre, nous n'étudierons que des subordonnées introduites par un subordonnant etaccompagnées d'un corrélat, et après avoir analysé la nature des corrélats, nous examineronsminutieusement les marquages de position en chaîne (d, e, f) . Cette étude montrera que, si la naturedu corrélat (2.1.) confirme bien l'analyse fonctionnelle proposée au chapitre 1, les phénomènes deposition en chaîne (d, e, f) mettent en évidence (2.2.) des sous-classes à l'intérieur de chaque typefonctionnel des subordonnées défini jusqu'ici, ce qui nous permettra d'aboutir à une typologiebeaucoup plus fine des subordonnées, dont nous tenterons de faire une synthèse au chapitre 3.
2.1. La nature du corrélat confirme les résultats de l'analyse fonctionnelle
L'existence de corrélats en relation avec certaines subordonnées allemandes est un fait répertoriédans toutes les grammaires de l'allemand, qui en proposent des exemples. Mais il est beaucoup plusdifficile d'y trouver une définition du phénomène. La grammaire Duden parle de relation deréciprocité ("Wechselbeziehung") entre corrélat et subordonnée, sans donner davantage deprécision. Toutes les grammaires insistent également sur le fait que le corrélat peut facilement êtresupprimé sans que la phrase devienne pour autant agrammaticale. Sa fonction est donc d'un autreordre. Le corrélat, qui s'apparente morphologiquement à un anaphorique ou à un connecteur, est enfait un marqueur d'insistance sur la relation entre principale et subordonnée, et en focalisant sur cetterelation, il a une fonction dans l'organisation du discours. Comme on peut s'y attendre, la fonctiondu corrélat dépend de la relation entre principale et subordonnée au sein de laquelle il joue son rôled'organisateur, d'articulateur du contenu discursif. Ainsi nous allons voir que si, avec lasubordonnée liée, le corrélat permet la rhématisation ou la thématisation de la subordonnée, avec lasubordonnée non liée de type 3, le corrélat, que l'on peut assimiler dans ce cas à un connecteur,précise la fonction de la phrase complexe dans l'enchaînement textuel. Le corrélat allemand que noustraitons ici fait donc partie des marquages textuels de la progression thématique ou de la constructionde l'argumentation 1.
Étudions les phénomènes de corrélations entre principale et subordonnée pour chaque type de
subordonnée défini au chapitre 1.
- Avec les subordonnées de type 1 (dites complétives), le corrélat est un pronom simple (es,
das
) lorsque la subordonnée est en fonction sujet ou objet, ou un pronom complexe, formé de la
combinaison d'un pronom et d'une préposition (darum, daran, etc.), lorsque la subordonnée est en
fonction d'objet prépositionnel. Il est donc la trace pronominale de l'ancrage de la subordonnée dans
le système valenciel du verbe de la principale et la fonction syntaxique de la subordonnée dans la
1 Comme cela a déjà été dit au chapitre 1, nous ne traiterons pas ici du marqueur so qui occupe trop de fonctions et quimériterait un article à lui tout seul : il peut non seulement être corrélat, connecteur, mais aussi marqueur de degré, et àce titre, régir une subordonnée. Nous n'étudions ici que des corrélats qui ne peuvent régir la subordonnée. Ce que nousexcluons de ce travail correspond en fait à ce que Anne-Marie Garagnon et Frédéric Calas (2002 p 94) appellent des"systèmes corrélatifs", qui sont des locutions conjonctives complexes nécessitant une analyse particulière (Cortès1988).
Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand phrase matrice est ainsi identifiée avec précision. Mais la présence de ce pronom ne se réduit pastoujours à ce rappel de l'ancrage syntaxique. Il est parfois à interpréter comme une mise en valeur,grâce notamment au marqueur de détermination d-, et il est utilisé par l'énonciateur pour thématiserou rhématiser la subordonnée.
(5) (Type 1 : exemple de complétive objet avec corrélat) Manche wissen es, viele ahnen es zumindest, dassAktienbewertung und Realität bei hunderten von Firmen nicht mehr in Sichtkontakt stehen. Spiegel 2000 / 5/ 77 (Certains le savent, nombreux sont ceux qui en ont pour le moins le soupçon : (que) pour des centainesd'entreprises, la valeur de l'action n'est plus connectée à la réalité.) (6) (Type 1 : exemple de complétive objet prépositionnel avec corrélat) In der jetzigen Lage geht es darum, dassunser Land in einer sehr schwierigen Situation eine handlungsfähige Regierung braucht. Spiegel 2000 / 1 / 116(Actuellement, ce qui importe, c'est que notre pays, qui connaît une situation très difficile, a besoin d'ungouvernement capable d'agir.) On retrouve les corrélats (es, das) lorsque la subordonnée est en fonction sujet ou objet, ou lacombinaison d'un pronom et d'une préposition (darum, daran, etc.) lorsque la subordonnée est enfonction d'objet prépositionnel, quel que soit le subordonnant, qu'il s'agisse de dass, comme ci-dessus (5), (6), de ob (7), (8), de wie (9), ou de wenn (10), (11).
(7) Besonders wichtig ist für die Airbus-Manager, dass Japan Airlines bestellt. „Wir müssen (dort) denEinstieg schaffen, sonst ist es fraglich, ob der Markt groß genug ist“, warnte Projektchef Thomas schonim vergangenen Frühjahr. Spiegel 2000 / 3 / 107 (Le fait que le Japon passe commande importeparticulièrement aux managers d'Airbus. "Il nous faut percer sur ce marché, sinon on peut se demander si lademande sera suffisante" déclarait déjà au printemps dernier M. Thomas, chef de projet, en guised'avertissement.) (8) Daß die an der Harvard-Untersuchung beteiligten Krankenschwestern nur zu Anfang einmal danach gefragtwurden, ob sie regelmäßig dem Qualm von Zigaretten ausgesetzt waren, sieht der deutsche Verband derCigarettenindustrie als gravierenden Mangel an. Spiegel 97 23 / 189 (Le fait que les infirmières qui ontparticipé à l'enquête de Harvard n'aient été interrogées qu'une fois, tout au début, sur le fait de savoir si ellesétaient soumises régulièrement à la fumée de cigarette est considéré par la fédération de l'industrie du tabaccomme une manquement grave.) (9) „Das Ganze ist so simpel, dass es eigentlich jeder machen könnte“, prahlt Venter – und genießt es, wiesehr er seine neidischen Kollegen damit zur Weißglut bringt. Spiegel 2000 / 15 / 175 ("Tout cela esttellement simple que tout le monde pourrait le faire" se vante Venter - et il se réjouit de voir comme (à quelpoint) cette attitude fait enrager ses collègues verts de jalousie.) (10) Es ist besser für alle, wenn ich mich da nicht mehr blicken lasse. Spiegel 97 36 / 228 (Il est préférablepour tous que (= si) je ne m'y montre pas.) (11) Da die Industrie- und Handelskammern es versäumt haben, die Lehrinhalte den aktuellenBedürfnissen anzupassen, brauchen sie sich jetzt nicht darüber zu wundern, wenn sie keine Fachleute finden.
Spiegel 2000 / 15 / 14 (Étant donné que les chambres de commerce et d'industrie ont manqué l'occasiond'adapter les contenus des formations aux besoins actuels de l'industrie, elles ne doivent pas s'étonner de ne pastrouver de spécialistes (= si elles ne trouvent pas de spécialistes).) - Avec les subordonnées de type 2 (dites circonstancielles), le corrélat est la trace de l'ancrage
dans la principale d'un circonstant qui répond à une question partielle (wann, warum.). Il s'agit
d'un anaphorique à fonction de circonstant formé d'un adverbe à fonction anaphorique (dann dans
(12)) ou d'un élément pronominal en da- et d'une préposition (deshalb dans (13)). Comme pour les
subordonnées de type 1, l'accent mis sur la subordonnée peut servir à différentes mises en valeur
qui vont jusqu'à la thématisation ou la rhématisation de la subordonnée.
(12) (Type 2 : exemple de circonstancielle avec corrélat) Das gegen Lassa-Fieber verfügbareMedikament Ribavirin hilft meist aber nur dann, wenn es frühzeitig verabreicht wird. Spiegel 200 / 3 18 (Mais lemédicament Ribavirin dont on dispose contre la fière de Lassa n'est la plupart du temps efficace que si (dans le cas où)il est administré de façon précoce. ) (13) (Type 2 : exemple de circonstancielle avec corrélat) Dustin Hoffman war nicht nur deshalb beeindruckendin dem Film „Rain Man“, weil er sich so tief in die Rolle eines Autisten versetzen konnte, sondern weil er Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand tatsächlich schwere Probleme mit der Wahrnehmung von Wirklichkeit hat. Spiegel 97 / 4/ 38 (DustinHoffman était impressionnant dans le film "Rain Man" non pas seulement pour cette raison qu'il a su s'investirsi profondément dans le rôle d'un autiste, mais parce qu'il a réellement de gros problèmes pour percevoir laréalité.) - Avec les subordonnées de type 3 (qui ne sont pas rangées, dans notre approche, parmi les
circonstancielles mais sont appelées "argumentatives"), nous n'avons plus affaire à un corrélat
pronominal. Les articulateurs que l'on trouve avec les subordonnées de type 3 sont homonymes de
connecteurs, de marqueurs discursifs, de marqueurs d'assertion.
(14) (Type 3 : exemple d'argumentative avec un corrélat homonyme d'un connecteur) Ist unser Planetensystemdurch ein Wunder entstanden? Keineswegs. Obwohl wir noch nicht alle Einzelheiten über seine Entstehungwissen, ist doch klar, dass es in Verbindung mit der Entstehung der Sonne geschehen ist. Spiegel 2000 / 52 /120 (Notre système planétaire est-il le résultat d'un miracle? Nullement. Bien que nous connaissions pasencore tous les détails de sa création, il est pourtant évident que cet événement est en lien avec la naissance dusoleil.) - Enfin avec les subordonnées de type 4 (appelées "commentatives ou correctives"), il n'y a ni
corrélat, ni connecteur. En revanche, on observe que le subordonnant est, la plupart du temps,
marqué par le morphème d'indétermination w-, et que, dans ce cas, il peut être remplacé par le
morphème correspondant en d- si et seulement si la structure hypotaxique fait place à la structure
parataxique correspondante (cf. ici le passage de l'hypotaxe à la parataxe dans la traduction de (15)).
(15) (Type 4 : exemple de commentaire nécessairement sans corrélat ni connecteur) : Wenn er brav ist, wofüralles spricht, wird er, einundsechzigjährig, im Jahr 2015 entlassen. Spiegel 2000 / 11 / 176 (S'il est bien sage- et tout le laisse à penser - il sortira de prison en 2015, à l'âge de 61 ans) Les tests proposés par Oswald Ducrot nous renseignent en fait sur l'unité du complexe <corrélat +subordonnée> pour les subordonnées liées de types 1 et 2, pour lesquelles le corrélat est à traitersyntaxiquement comme un trace pronominale de la subordonnée liée, qui peut ensuite être thématiséeou rhématisée selon les besoins de la mise en discours.
Pour les subordonnées non liées de type 3, les tests de Ducrot nous montrent que nous avons affaireà une rupture de la construction syntaxique, mais la structure hypotaxique est néanmoins choisiepour témoigner d'une unité de la démarche sur le plan argumentatif : la subordonnée (dont lecontenu est présupposé) apporte un argument pour ou contre une thèse posée et défendue dans laprincipale. Ici, le corrélat, homonyme d'un connecteur, ne saurait précéder la subordonnée : il suittoujours la subordonnée antéposée et il souligne la manière dont la subordonnée encadre et sous-tend la visée argumentative de la principale.
En revanche, pour les subordonnées non liées de type 4, il n'y a jamais de corrélat, car lecommentaire proposé dans la subordonnée est délibérément présenté comme hétérogène à laprincipale (ou aux éléments de la principale qu'il prend pour objet). La forme anaphorique en d-, quia donné la matière des corrélats dans toutes les constructions liées, est ici disponible pour marquer lecommentaire parataxique correspondant, en général introduit par le coordonnant und.
Les caractéristiques de chaque type de subordonnée avec subordonnant global et corrélat sontrésumées dans le tableau 3 : Caractéristiques morphologiques Caractéristiques pragmatiques etdu subordonnant et du corrélat Subordonnées dites Corrélat possible (es, das) Subordonnées dites Corrélat possible (dann, la valence du verbe principalcirconstancielles, répondant à unequestion partielle (tps,manière, cause, etc.) Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand d ob w- etc.
appelées à tort (Corrélat possible, homonyme des marqueurs d'assertion (ja, auch,circonstancielles, ne connecteurs argumentatifs (doch, doch, wohl, schon .)répondant pas à une so.)question partielleType 4 Subordonnées dites Pas de corrélat, mais lien lexical non liée, à visée commentativeincises Nous pouvons conclure de ces premières observations que l'allemand a développé un système decorrélats spécifiques des fonctions syntaxiques des subordonnées, même si les corrélats sontégalement utilisés pour mettre les subordonnées en relief dans la construction du discours :- pour les subordonnées de type 1 qui ont le statut d'un actant de la phrase matrice, les corrélats sontdes anaphoriques ou des cataphoriques de sujet ou objet (es, das, auquel correspond l'interrogatifpartiel was) ou d'objet prépositionnel (da(r)- + préposition, auquel correspond l'interrogatif partielwor- + préposition),- pour les subordonnées de type 2 qui ont le statut d'un circonstant de la phrase matrice, lescorrélats sont des anaphoriques ou des cataphoriques de compléments circonstanciels (temps : da oudann, cause ou but : deshalb, etc.),- pour les subordonnées de type 3 qui ont un statut d'argument dans un projet rhétorique,l'allemand utilise des connecteurs discursifs à la suite de la subordonnée antéposée,- enfin pour les subordonnées de type 4 qui n'ont aucun ancrage ni syntaxique dans phrase matrice,ni argumentatif dans le projet rhétorique, et qui marquent une visée métalinguistique hétérogène à laprincipale, l'allemand n'utilise ni corrélat, ni connecteur.
Mais l'étude des corrélats ou connecteurs combinés à des phénomènes de position dans la phrasepermet encore d'autres observations fructueuses auxquelles le sous-chapitre 2.2. sera consacré.
Nous verrons notamment qu'il convient de distinguer des sous-types de subordonnées qui ne sontpas apparus jusqu'ici.
2.2. Étude de la position en chaîne de la subordonnée et du corrélat ou connecteur.
L'allemand est une langue très rigoureuse sur le plan de la position des éléments dans la phrase, cequi va nous permettre de compléter nos remarques sur les subordonnées par une étude de ladistribution respective du corrélat et de la subordonnée. En effet, dans la phrase matrice assertive, leverbe conjugué occupe toujours, sur le plan syntaxique, la deuxième position, notée V2, enconséquence de quoi, dans ce type de phrase, tout élément qui précède le verbe peut être considérécomme un syntagme unique, dont les éléments de même niveau sont en relation de co-constituance.
C'est cette propriété que nos allons exploiter ici, et c'est donc la distribution de la subordonnéeantéposée et de son éventuel corrélat que nous allons analyser. Nous allons pouvoir étudier ladistribution d'un échantillonnage significatif de subordonnées, puisqu'il se trouve que toutes lessubordonnées du type 1 au type 4 peuvent être antéposées.
Nous allons voir ce que l'étude de la distribution de la subordonnée et de son corrélat nous apprendpour chaque type fonctionnel défini jusqu'à présent.
2.2.1. Type 1 (subordonnée liée à fonction d'actant)
Le tableau 4 résume les différentes positions possibles de la subordonnée de type 1 antéposée2. Lasubordonnée de type 1 introduite par dass, ob ou wie peut être suivie des corrélats das et da(r) +préposition, mais la subordonnée introduite par dass ou wie peut également être précédée de da(r) +préposition. Dans tous les cas, l'ensemble constitué de la subordonnée et du corrélat représente unseul élément sur le plan syntaxique, puisqu'il est placé en position pré-V2 ( = il précèdeimmédiatement le verbe dans l'assertive) : la subordonnée et le corrélat sont ici en relation de co-constituance au sein d'un même syntagme qui occupe la position 1 sur le plan syntagmatique.
2 Étant donné que nous ne parlons ici que de la subordonnée antéposée, le corrélat es, qui sert surtout à rhématiser lasubordonnée, ne sera pas pris en considération.
Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand En revanche, pour les subordonnées antéposées en fonction sujet ou objet introduites par wenn,nous ne retrouvons pas cette unité distributionnelle, puisque la subordonnée précède immédiatementV2 et que le corrélat das suit V2 : la subordonnée occupe donc la position 1 et le corrélat la position3.
Subordonnée antéposée Subordonnée antéposée + Da(r)-+ préposition ++ corrélat das - subordonnée avant V2,- corrélat après V2 (23), (24) Les exemples suivants illustrent ce résultat.
Les deux exemples (16) et (17) montrent que le corrélat das peut reprendre une subordonnée de type1 en dass ou en wie, et dans ce cas, le verbe de la phrase matrice vient se placer immédiatementaprès l'ensemble <subordonnée + das> et occupe la position en chaîne V2 qui est normalement lasienne. C'est donc l'ensemble <subordonnée + das> qui occupe la position 1.
(16) Das grausame Sterben von 118 Soldaten auf dem Grund der Barentssee aber wühlte die Untertanen auf.
Dass Putin das U-Boot-Unglück aus der fernen Sommerfrische am Schwarzen Meer kommentierte, dassAdmirale ihren Oberbefehlshaber täuschen und dass dessen Kreml-Apparat wiederum das Volk hemmungslosbelügt – das war zu viel.
Spiegel 2000 / 35 / 148 (Mais la mort cruelle de 118 soldats sur le fond de la merde Barents révolta le petit peuple. Que Putin commente le naufrage du sous-marin de sa lointaine villégiatureau bord de la mer noire, que des amiraux trompent leur commandant en chef et que l'appareil du Kremlin àsont tour mente au peuple, - c'en était trop.) (17) Wie Boris Jelzin im dunklen Wolltuch-Mantel aus dem Kreml hinaustrat in ein leichtes telegerechtesSchneetreiben – das muss den Regisseuren des neuen russischen Staats-Theaters, Spielzeiten 1991ff.,schon ein seltenes Hochgefühl bereitet haben. Spiegel 2000 / 2 / 118 (Voir comment Boris Jelzin sortit duKremlin (après son dernier discours) pour s'enfoncer dans une légère bourrasque de neige - cela a certainementprocuré aux metteurs en scène du théâtre d'état de Russie (saisons du début des années 1990) un rare sentimentde délicieuse fierté.) Avec le corrélat da(r) + préposition, on retrouve la même configuration : <subordonnée + da(r) +préposition> suivie du verbe de la matrice en position V2. Cela vaut pour les subordonnants dass,ob et wie. Ici, c'est l'ensemble <subordonnée + da(r) + préposition> qui occupe la position 1.
(18) Herzog: Dass es Staaten gibt, die hier sehr genau aufpassen, darüber gibt es überhaupt keinen Zweifel.
Spiegel 2000 / 25 / 44 5 (Qu'il y ait des états qui soient très vigilants en cette matière, là-dessus, il n'y aaucun doute) (19) "Am 13. September weht unsere Fahne überall in Palästina". Ob dem Festakt dann auch US-Präsident Bill Clinton und Israels Regierungschef Ehud Barak als Ehrengäste beiwohnen werden, darum wirdderzeit nahe Washington (in Camp David) hart gerungen. Spiegel 2000 / 29 / 126 (Le 13 septembre, notredrapeau flottera partout en Palestine. Quant à la question de savoir si le Président des États-Unis, BillClinton, et si le chef du gouvernement israélien Ehud Barak assisteront à la cérémonie en tant qu'invitésd'honneur, cette question donne lieu, à l'heure actuelle, à des discussions acharnées à Camp David.) (20)„VIP-Sponsoring“ heißt die neue Form der Kulturförderung, bei der es vor allem um Autos und Kleidergeht. (.) Jedem stehe jährlich „ein bestimmtes Kontingent“ zur Verfügung, für das er „kostenlos einkaufen“kann. Wie hoch das jeweilige Kontingent ist, darüber möchte Godo Krämer nichts sagen. Spiegel 2000 / 15/ 128 (Cette nouvelle forme de mécénat culturel, qui concerne avant tout les voitures et les vêtements,s'appelle „VIP-Sponsoring“. Chacun se voit crédité chaque année d'"un montant spécifique" dans les limitesduquel il peut "faire ses achats gratuitement". A la question de savoir à quelle hauteur s'élève ce montant,Godo Krämer préfère ne pas répondre.) Dans le corpus, on trouve également des exemples où le corrélat da(r) + préposition peut mêmeprécéder la subordonnée introduite par dass et wie. Dans ce cas, c'est l'ensemble <da(r) +préposition + subordonnée > qui occupe la position 1.
Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand (21) Daran, dass das Parken in der Stadt gebührenpflichtig ist, hat man sich längst gewöhnt Spiegel 2000 /37 255 / (Au fait que le stationnement en ville soit payant, on est habitué depuis longtemps) (22) Darüber, wie es in den Besitz des dortigen Buchhändlers kam, weiß er nichts. Spiegel 2000 / 43/ 324(Sur la façon dont le libraire du lieu est entré en possession du livre (qui avait été offert par Günter Grass àVáclav Havel), Havel n'a aucune information.) Conclusion : Les subordonnées en dass et wie, qui ont un statut d'actant dans la phrase matrice, ontla même distribution par rapport à la position en chaîne du verbe de la phrase matrice (V2) :lorsqu'elles sont antéposées, elles forment avec leur corrélat un constituant unique. On peut tirer lamême conclusion à propos de la subordonnée introduite par ob, si l'on interprète la moins grandepropension à se combiner avec un corrélat à une donnée sémantique, à savoir que le corrélat estformé d'un déterminé, alors que ob est un subordonnant mettant en scène une alternative, forcémentnon déterminée. Nous nous appuierons sur le fait que, lorsque l'association existe (subordonnéeintroduite par ob et corrélat da(r) + préposition ), elle est toujours à interpréter comme un seulsyntagme pour ranger aussi les actancielles en ob dans la même classe que les actancielles en dass etwie .
En revanche, lorsque la subordonnée introduite par wenn ou als occupe une fonction d'actant sujetou objet, elle n'est jamais suivie immédiatement du corrélat das. Le verbe en position V2 vients'intercaler entre la subordonnée en position 1 et son corrélat en position 3.
(23) SPIEGEL: Warum dann noch die Präsentation im Fernsehen? Caballé: Das ist wie einVorspielen. Wenn Intendanten von Konzerthäusern die Sendung sehen, kann das der Weg zum Ruhm sein.
Spiegel 2000 / 1 / 96 (Pourquoi faire encore des présentations à la télévision? M. Caballé : C'est comme uneaudition. Quand les responsables de salles de concert voient l'émission, cela peut vous conduire à la célébrité.) (24) Als Charles M. Schulz Ende vorigen Jahres reich und dankbar , aber krank in den Ruhestand ging, wardas – nach über 18000 Strips insgesamt – das Ende für die ,,Peanuts“. Charles M. Schulz starb am12. Februar im kalifornischen Santa Rosa an Darmkrebs. Spiegel 2000 / 8 / 310 (Lorsque Charles M.
Schulz prit sa retraite à la fin de l'année dernière, riche et plein de reconnaissance, mais malade, (après plus de18000 bandes de dessins humoristiques en tout) ce fut la fin des "Peanuts". Charles M. Schulz est mort le 12février à Santa Rosa, en Californie, d'un cancer de l'intestin.) Conclusion : lorsque la subordonnée introduite par wenn ou als est en corrélation avec es ou das,elle a très clairement une fonction actancielle de sujet ou d'objet, mais elle ne partage pas l'une despropriétés des autres subordonnées actancielles prototypiques, à savoir celle de former avec leurcorrélat une unité syntaxique qui occupe la position 1 (précédant V2). L'étude de la position de lasubordonnée antéposée et du corrélat montre que la subordonnée introduite par wenn ou als n'estpas une complétive prototypique, même si elle peut avoir la fonction de sujet ou d'objet.
Pour conclure, les subordonnées de type 1 ont bien une fonction commune (actant, fonction : sujet,objet, objet prépositionnel). Mais l'étude de la position de la subordonnée antéposée montre que lecorrélat forme une plus grande unité avec les subordonnées introduites par dass, ob ou wie qu'avecla subordonnée introduite par wenn ou als.
Le dessin (1) cherche à résumer les résultats obtenus : Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand 2.2.2. Type 2 (subordonnée liée à fonction de circonstant)
En nous laissant guider par la distribution du corrélat et de la subordonnée antéposée, nous allonsvoir qu'il faut distinguer deux sous-classes dans les subordonnées de type 2 :- les subordonnées de type 2 qui occupent avec leur corrélat une seule position avant V2 lorsqu'ellesont antéposées : ce sont les subordonnées temporelles;- les subordonnées de type 2 qui occupent la position 1 (précédant V2) lorsqu'elle sont antéposées,et dont le corrélat n'est pratiquement jamais attesté dans cette configuration : ce sont lessubordonnées de cause et de but.
Les subordonnées de temps peuvent être postposées et, dans ce cas, elles peuvent être précédéesimmédiatement (25) ou non (26) par le corrélat dann ou (plus rarement) da (29). Mais lorsqu'ellesont antéposées, elles sont immédiatement suivies du corrélat et l'ensemble <subordonnée +corrélat> occupe une position unique devant V2 (exemples (27) à (29)).
(25) Vorsicht zeigten die Briten in der BSE-Krise häufig erst dann, wenn es zu spät war. Spiegel 200 / 45 /319 (Les britanniques n'ont souvent fait preuve de prudence lors de la crise de la vache folle que lorsque c'étaittrop tard. ) (26) Was unterm Strich zählt, ist das Ergebnis, und die Trefferquote des Charles M. Schulz ist gerade dannhoch, wenn er mit dem Vorwissen des Lesers und gegen dessen Erwartungen spielt. Spiegel 200 / 53 / 73(Ce qui compte, c'est le résultat, et Charles M. Schulz a son meilleur taux de réussite précisément lorsqu'iljoue avec le savoir du lecteur et qu'il prend ses attentes à contre-pied. ) (27) Firmenberater Lay prägte den Satz „Ich kenne keine ärmeren Menschen vor Gott als die Manager“ (.)„Wenn du dereinst die Augen zumachst, dann hast du deinem Unternehmen 10 oder 20 oder 50 MillionenMark verdient – aber sollst du dafür gelebt haben? Spiegel 2000 / 1 / 50 (M Lay, conseiller d'entreprise, estcélèbre pour avoir prononcé la phrase : "Je ne connais pas d'homme plus pauvre devant Dieu que le manager.
Quand tu fermeras les yeux, tu auras alors gagné 10, 20 ou 50 millions de DM pour ton entreprise, - maispourras-tu dire que tu as vécu pour autant ?") (28) Sie können das beste Auto bauen. Aber wenn derjenige, der am Steuer sitzt, nicht fahren kannoder will, dann nützt das beste Auto nichts. Spiegel 2000 / 1 / 31 (Vous pouvez construire la meilleurevoiture. Mais quand celui qui est au volant ne peut pas ou ne veut pas conduire, alors la meilleure voiture nesert à rien.) (29) Als Sie das letzte Mal für ein paar lumpige Milliarden eine Fabrik verkauft haben, da gab es doch auchjede Menge Akten, nicht wahr? Und wo sind die jetzt? Spiegel 2000 / 9 / 20 (Lorsque vous avez vendu, ladernière fois, une entreprise pour quelques malheureux milliards, alors il y avait bien toutes sortes dedocuments, n'est-ce pas? Et où sont-ils maintenant, ces documents?) Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand Pour les subordonnées de but et de cause, on obtient un résultat tout à fait différent.
La subordonnée postposée de but peut être précédée par le corrélat deshalb (30), mais lorsqu'elle estantéposée, elle ne forme pas avec le corrélat deshalb un constituant unique, puisque la subordonnéeprécède (en position 1) et le corrélat suit (en position 3) le verbe en position V2 (31).
(30) Als die Spiegel-Leute an einem Junkie-Treffpunkt nach einem der Überlebenden fragten, wurde zwarlängere Zeit beraten, aber dann doch entschieden, den Kontakt zu diesem Leidensgenossen herzustellen – auchdeshalb, so hieß es, um den Journalisten einmal die dreckigste Seite des Milieus zu präsentieren. Spiegel 97 /5 / 3 (Lorsque, à un lieu de rencontre entre Junkies, les journalistes du Spiegel demandèrent à voir l'un dessurvivants, on parlementa longtemps, mais il fut pourtant décidé que le contact serait établi avec cecompagnon de douleur, également pour que (leur dit-on) les journalistes voient pour une fois le côté le plusdégoûtant du milieu.) (31) Um die dunklen Orte in Deutschland aufzuspüren, hat Winfried Kräling, Mitbegründer der Anti-Licht-Kampagne, deshalb am Computer Satellitenfotos ausgewertet. Spiegel 97 5 / 157 (C'est pour recenser leslieux peu éclairés en Allemagne, (c'est pour cela que) Winfried Kräling, le co-fondateur de la campagne anti-lumière, a analysé des photos-satellite sur ordinateur.) Si la subordonnée de cause postposée peut être précédée immédiatement (32) ou non (33) par lecorrélat deshalb, la subordonnée antéposée semble ne jamais former un seul constituant avec lecorrélat deshalb , pour la bonne raison que, si celui-ci se réalise, il se situe en général dans la phrasesuivante (34).
(32) Sie ist eine fähige Trainerin, auch deshalb, weil sie keine kleinen Maschinen züchten will. Spiegel 2000/ 9 / 150 (C'est aussi parce qu'elle ne veut pas faire de ses élèves des petites machines à jouer au tennis qu'ellese révèle être une entraîneur compétent.) (33) Auch Bio ist nicht deshalb teurer, weil es besser ist, sondern weil es sich zum Teil um eineProduktionsmethode handelt, mit der man miserable Erträge erwirtschaftet. Spiegel 2000 / 49 / 332(D'ailleurs ce qui est bio n'est pas plus cher parce que c'est meilleur, mais parce qu'il s'agit en partie d'uneméthode de production avec la quelle on obtient de mauvais rendements.) (34) Weil die Bundesbürger von Jahr zu Jahr länger leben und weniger Kinder in die Welt setzen, müssenimmer weniger Beitragszahler immer mehr Rentenempfänger finanzieren. Seit langem mahnen deshalb alleExperten, den Altersgeldanspruch langfristig zu senken. Spiegel 2000 / 40 / 124 (Parce que les allemandsvivent de plus en plus longtemps et ont de moins en moins d'enfants, de moins en moins de contribuablesdoivent financer de plus en plus de retraités. C'est pourquoi tous les experts conseillent de diminuer lesretraites à long terme.) Les subordonnées de cause et de but sont certes des subordonnées liées puisqu'elles répondentpositivement à tous les tests, mais leur comportement vis à vis du corrélat est sensiblement différentde celui des temporelles. Notons aussi que les subordonnées temporelles peuvent être précédéesd'un adverbe ou d'un groupe prépositionnel (im Augenblick, wenn, als / damals, als / jedesmal,wenn) ce qui n'est jamais le cas pour les subordonnées de cause ou de but (* aus dem Grund, weil3,* zum Zwecke, um. zu). Nous distinguerons donc deux sous-classes parmi les circonstancielles,la classe 2A des temporelles, et la classe 2B des causales et des finales.
Il convient sans doute de considérer que l'incidence sur la phrase matrice des subordonnées de causeet de but est différente de celle des subordonnées temporelles. Nous proposerons une hypothèse ence sens au chapitre 3.
Le dessin (2) résume les résultats obtenus : 3 La séquence <Grund + weil> est attestée, comme le montre l'exemple suivant, mais avec une séparationtypographique qui indique que nous ne sommes pas dans la même situation que pour la subordonnée temporelle. „Dieanderen haben mich gepiesackt und ausgelacht“, sogar verprügelt wurde der Junge. Einziger Grund: Weil er „mit Aldi-Klamotten“ ohne Nobel-Label in die Klasse kam. Spiegel 2000 / 50 / 72 Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand Subordonnée circonstancielle postposée et corrélat 2.2.3. Type 3 (subordonnée non liée à fonction d'argument dans un projet
rhétorique)
Avec les subordonnées de type 3, on ne trouve aucun corrélat pronominal ou adverbial. Enrevanche, on trouve des connecteurs, mais uniquement pour certaines subordonnées.
Avec les subordonnées situatives introduites par le subordonnant da (puisque, étant donné que), onne trouve aucun connecteur, que la subordonnée soit anté- (35), (36) ou postposée (37).
(35) Nicht umsonst hat Hitchcock mit einem Attentat in einem Sinfoniekonzert Furore gemacht. Da es den
Regisseur Brian De Palma wieder einmal lockte, Hitchcock übertrumpfen zu wollen, hat er nun ein Attentat
in einer Boxkampfarena in Szene gesetzt, wobei der Todesschuß genau im Augenblick des K.-O.-Schlags
fällt.
Spiegel 1998 / 47 / 241 (Ce n'est pas pour rien que Hitchcock a fait fureur avec un attentat lors d'un
concert par un orchestre symphonique. Comme le metteur en scène Brian De Palma était tenté une fois de
plus de faire mieux que Hitchcock, il a mis en scène un attentat dans un ring de box, et le coup mortel est
porté exactement au moment du KO final.)
(36) Da man vor den Einsichten moderner Genetik nach mittelalterlicher Vorstellung den Samen des Mannes
für den Träger des ganzen Menschen hielt, bedeutete jede „Vergeudung“ des Samens bereits die Tötung eines
Menschen.
Spiegel 1998 / 33 / 33 (Étant donné que / Puisque, avant les avancées de la génétique moderne et
selon une idée remontant au Moyen-Âge, on considérait que la semence de l'homme mâle contenait l'être
humain tout entier, tout "gaspillage" de semence signifiait la mise à mort d'un être humain.)
(37) Wo die Akten seien, wisse er beim besten Willen nicht, Wandsafe und Schreibtisch seien leider nicht zuöffnen, da „die Schlüssel abhanden gekommen“ seien. Spiegel 2000 / 01 / 30 (Avec la meilleure volonté dumonde, il ne saurait dire où se trouvent les documents, le coffre fort mural et le bureau ne pouvant êtreouverts, puisque "les clés ont été égarées".) En revanche, avec les subordonnées concessives introduites par le subordonnant auch wenn (38),wenn auch (39), sosehr (40), obwohl (41), nous trouvons le connecteur doch qui souligne larelation entre principale et subordonnée. Lorsque la subordonnée est antéposée, elle occupe toujoursla position 1, devant le verbe en position V2, et le connecteur occupe la position 3 après le verbe oumême une position plus éloignée encore, après les actants qui ont une forme pronominale (41).
(38) Auch wenn es sich primär um deutsche Geschichte handelt, es ist doch Geschichte. Spiegel 1998 / 53 /149 (Même s'il s'agit d'abord le d'histoire de l'Allemagne, il s'agit tout de même d'histoire.) (39) Wenn auch nur einer der Maler den Lorbeer davontragen kann, so haben doch auch die anderen Bilder vonGina, noch ehe sie fertig sind, hohen Kaufwert. Das ist ein Novum – nicht nur in Italien. Spiegel 97 47 /254 ((Même si un seul des peintres peut remporter la palme, les autres portraits de Gina ont toutefois, mêmeavant d'être terminés, une grande valeur marchande. C'est nouveau - et pas seulement en Italie.) (40) Sosehr mich das alles auch erregte, war ich doch noch nicht bereit, mit Vickie darüber zu reden. Spiegel97 3 / 143 (Bien que très agacé, je n'était cependant pas encore prêt à discuter de cela avec Vickie.) Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand (41) Obwohl der Betrieb nicht gerade glänzend lief, verschaffte er ihm doch wichtige Kontakte in Ministerienund Kommunen . Spiegel 2000 / 4 / 37 (Même si les affaires n'étaient pas franchement brillantes, elles luipermettaient pourtant d'avoir des contacts dans les ministères et auprès des autorités locales.) Les subordonnées situatives et concessives que nous venons de voir ont un point commun : ellessont très souvent antéposées et elles occupent alors la première position en chaîne devant V2.
Mais il existe également un certain nombre de subordonnées de type 3 qui n'occupent pas lapremière position en chaîne devant V2, mais une "avant-première" position, qui revient à une non-position, puisque n'importe quel syntagme (actant (44 : mir), circonstant (42 : in jenen Tagen imAugust), particule verbale (43 : fest)) peut se glisser en position 1 entre la subordonnée antéposée etV2. Sur le plan syntagmatique, tout se passe comme si la subordonnée antéposée en (42), (43), (44)était absente; en fait elle est située à l'extérieur, en marge du schéma syntaxique de la phrasecomplexe.
(42) Wie dem auch sei, in jenen Tagen im August wurde Dieter Holzer als Lobbyist des Ex-Ministers aktiv.
Spiegel 2000 / 10 / 56 (Quoi qu'il en soit, en ces jours d'août, Dieter Holzer s'adonna activement au lobbyingen faveur de l'ancien ministre) (43) Was auch immer die Untersuchungen ergeben – fest steht schon jetzt, dass die Bahn aufs Neue gegen dasImage ankämpfen muss, sie sei mit der Handhabung komplexer Technik überfordert. Spiegel 2000 / 7 / 79(Quel que soit le résultat des enquêtes, il est d'ores et déjà certain que les chemins de fers allemands devronts'attaquer au préjugé selon lequel l'entreprise serait incapable de maîtriser une technique complexe. ) (44) Ob das nun neue Mitte oder halb-linke Mitte heißt – mir geht es darum, dass wir der gesellschaftlichenVeränderung auch in den Gewerkschaften Rechnung tragen. Spiegel 2000 / 6 / 54 (Que cela s'appelle nouveaucentre ou centre demi-gauche - ce qui compte pour moi c'est que, aux syndicats aussi, nous tenions comptedes changements de la société.) Cela montre que, parmi les subordonnées argumentatives de type 3, il convient de distinguer deuxsous-classes :- une sous classe 3A de subordonnées argumentatives (inscrites dans un schéma hypothético-déductif (da/ puisque) ou concessif (obwohl, wenn auch/ bien que, même si)) qui peuvent occuperle première position en chaîne devant V2 et éventuellement s'accompagner d'un connecteur;- une autre sous-classe 3B de subordonnées, qui ne peuvent occuper la première position en chaîneet dont la situation hors champ, en avant-première position, signale la marginalisation par rapport àl'énoncé. Cette non-pertinence sur le plan syntaxique se combine à d'autres marquages qui sontl'indice d'une non-pertinence sémantique pour le contenu posé dans la phrase matrice : en effet, cessubordonnées ((42), (43), (44)) se caractérisent par une série de marquages d'indétermination dusubordonnant (ob ou w-) et de suspension des modalités énonciatives (subjonctif 1, auxiliaire demode mögen, adverbes auch immer) qui montrent que le locuteur n'en assume pas vraiment lecontenu. Ces subordonnées ouvrent un grand éventail d'éventuelles objections possibles, tout en enmarquant la non pertinence pour l'énoncé asserté. Elles correspondent à ce que C. Muller (1996a)appelle (d'après Fradin 1977) "concessives extensionnelles" dans sa description de la subordinationen français et qu'il définit de la façon suivante: "Les concessives extensionnelles forment unensemble assez vaste, mais bien délimité, de constructions "concessives". La distinction de niveauxd'analyse, la perspective dérivationnelle et le recours à la diachronie ont permis de mettre enévidence la cohérence de cet ensemble, à la fois sur les plans énonciatif (où les constructionsétudiées se rattachent à un mécanisme extrêmement général : hypothèse "accordée" à l'interlocuteur,formant le cadre d'une assertion), prédicatif-lexical (le prédicat tel pris comme variable se retrouvedans la plupart des constructions), et syntagmatique (construction à antéposition et chaîne decoréférence entre l'antécédent et une position argumentale vide dans l'enchâssée)". (C. Muller,1996a, 184).
Le dessin (3) tente de résumer les résultats obtenus : Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand 2.2.4. Type 4 (commentaire métalinguistique)
La subordonnée de type 4 assure une fonction métalinguistique, hétérogène au projet de l'énoncé surlequel elle porte. Elle ne s'accompagne jamais ni de corrélats, ni de connecteurs et, comme lessubordonnées de la non pertinence et de l'indifférence que nous venons de voir, elle est placée enmarge de l'énoncé; lorsqu'elle est antéposée, elle est en avant-première position (45); sinon elle estplacée en incise, le plus près possible de l'élément sur lequel elle porte ((46), (47), (48)). Lasubordonnée de type 4 peut être également introduite par un autre subordonnant indéterminé commeobwohl ou wenn auch, pourvu que la subordonnée contienne un anaphorique (ici : das, qui renvoiedirectement à un élément de la principale : dass auch Frauen durch Teherans Stadtparks radelndürfen) (49). (45) Hartmann: Ich halte es grundsätzlich für schwierig, wenn ein Mann eine Frau als Vorgesetzte hat. Ichhabe nämlich noch ein traditionelles Rollenverständnis. SPIEGEL: Um nicht zu sagen: Sie sind ein alterMacho. Hartmann: So, wie ich es formuliert habe, klingt es aber schöner. Spiegel 2000 45 / 166 (Je trouvepar principe difficile qu'un homme ait une femme comme supérieur. J'ai en effet encore une conceptiontraditionnelle du partage des rôles. // A vrai dire, vous êtes un vieux macho. // Mais ma formulation étaitplus jolie.)(46) Das „Ritonavir“, das Kay regelmäßig nahm, um seine HIV-Infektion in Schach zu halten, blockiert,wie auch „Ritonavir“-Hersteller Abbott zugibt, das für den Abbau von Ecstasy in der Leber zuständigeEnzym. Spiegel 97 30 / 139 (Le „Ritonavir“ que Kay prenait régulièrement pour stopper son infection HIV,bloque, comme l'avoue M Abbott, le fabricant du „Ritonavir“, l'enzyme susceptible de détruire l'extasie dansle foie.)(47) Die Uralt-68er wählen noch aus Tradition grün. Die Jüngeren können mit den angestaubten Ökothemennicht viel anfangen. Sie gehören, wenn sie überhaupt wählen gehen, zu den Wechselwählern. Spiegel 200021 / 26 (Les vieux soixante-huitards votent encore vert par tradition. mais les plus jeunes ne se sentent pastrès concernés par les sujets écolo poussiéreux. Il font partie des indécis, si toutefois ils vont vraiment voter)(48) Gegen die lästigen Raider, wie die Eindringlinge im Branchenjargon genannt werden, konnten sich dieFirmen bislang nur schützen, indem sie ihre IT-Fachkräfte fürstlich entlohnten. Spiegel 2000 / 49 /136(Contre ces fâcheux pillards (= les chasseurs de tête), comme on nomme ces intrus dans le jargon du secteur,les entreprises n'ont pu se protéger jusqu'à présent qu'en offrant à leurs employés des salaires royaux.) (49) Mal kämpft sie dafür, dass auch Frauen durch Teherans Stadtparks radeln dürfen, obwohl sich das in denAugen des strengen Klerus nicht geziemt; dann wieder trägt sie unter dem Tschador das liebsteKleidungsstück des „großen Satans“, die Blue Jeans. Spiegel 2000 / 6 / 170 (Parfois elle se bat pour que lesfemmes aussi puissent faire du vélo dans les parcs de Téhéran, même si cela ne se fait pas selon le sévèreclergé; parfois elle porte sous son Tchador le vêtement préféré du "grand Satan", le blue-jeans.) Si la subordonnée 3B et la subordonnée de type 4 partagent la propriété de pouvoir occuper l'avant-première position, leur fonctionnement est cependant fort différent. Alors que l'assertion estsuspendue en 3B, le contenu de la subordonnée de type 4 est bel et bien assumé par le locuteur,mais la forme hypotaxique choisie (verbe final et subordonnant en w-) montre que le projeténonciatif du commentaire métalinguistique n'a rien d'autonome et qu'il est soumis, dans une formede hiérarchie illocutoire, au projet énonciatif de la principale.
Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand Il ne semble pas qu'il y ait lieu de distinguer plusieurs sous-classes pour les subordonnées de type4. En revanche, il convient de distinguer deux sous-classes pour les subordonnées de types 1, 2 et3, les complétives, les circonstancielles et les argumentatives. Nous allons nous interroger auchapitre 3 sur ce que cela implique pour une représentation de l'incidence des subordonnéesallemandes au sein de la phrase complexe.
3 . Hypothèses sur la structure de la phrase complexe
Dans son article : Position, portée et interprétation des circonstants, Catherine Fuchs (1993, 253)
écrit : "Entre la position d'un terme sur la chaîne (repérable dans une problématique
d'ordonnancement linéaire) et son interprétation (caractérisable à partir des valeurs sémantiques)
se situe ce que l'on appelle sa portée. Contrairement à la position, la portée n'est pas directement
observable : elle constitue déjà le résultat de choix théoriques. Pour une syntaxe de constituants, la
portée d'un terme se caractérise comme l'incidence de ce terme à un (ou plusieurs) constituant(s)
de la proposition et se calcule par rapport aux unités qui précédent et/ou suivent le terme. Si
l'incidence contribue à caractériser la valeur sémantique du terme, ce n'est jamais que de façon
partielle (d'autres facteurs y contribuent également), et indirecte (on ne peut pas inférer
univoquement une valeur, toutes choses égales par ailleurs, à partir d'une incidence)." Elle ajoute en
conclusion (1993, 283) : "Entre la position d'un terme sur la chaîne et son interprétation se situent sa
portée syntaxique (incidence à un ou plusieurs constituants), puis sa portée sémantique (champ
couvrant un ou plusieurs domaines). La portée syntaxique, liée au regroupement syntagmatique
des constituants, ne peut être définie que de façon discrète : chaque solution est exclusive de
toutes les autres, et la plurivocité ne peut recouvrir que des alternatives syntaxiques. En revanche, la
portée sémantique est beaucoup plus souple et peut mettre en jeu des mécanismes continus : les
solutions n'y sont pas nécessairement exclusives, et la pluralité peut recouvrir des glissements
interprétatifs, source de déplacements, de surdéterminations et de neutralisations sémantiques."
Selon le programme défini par Catherine Fuchs (1993), il nous faut maintenant passer del'observation des faits de position en chaîne concernant les subordonnées et leurs corrélats àl'interprétation de l'incidence syntaxique et de la portée sémantique des subordonnées.
Résumons tout d'abord nos résultats et rappelons quels sont les indices qui permettent le calcul del'interprétation.
Les corrélats et les connecteurs balisent le parcours interprétatif, marquant par leur présence larelation entre subordonnée et phrase matrice, mais signalant aussi par leur absence, sinon l'absencetotale de relation, du moins l'hétérogénéité d'un projet discursif (cf. l'absence totale de corrélat oude connecteur qui s'ajoute à l'absence de positionnement dans la structure syntaxique pour lessubordonnées de type 3B ou 4). L'étude sur corpus de la co-constituance entre subordonnée etcorrélat a montré qu'il convenait de distinguer au moins sept niveaux d'ancrage des subordonnées,du coeur jusqu'à la marge de l'énoncé :- Au premier niveau, vient la subordonnée qui s'inscrit comme actant dans la valence verbale (sujet, objet direct, objet prépositionnel) avec deux variantes : - en (1A), des complétives que l'on peut qualifier de prototypiques car elles admettent lestrois fonctions actancielles (sujet, objet direct, objet prépositionnel) et les trois corrélats (es,das, da(r)+ préposition) et elles occupent conjointement avec leur corrélat la position 1devant V2.
- en (1B), des complétives non prototypiques qui n'admettent que deux des trois fonctionsactancielles (sujet, objet direct) et deux des trois corrélats (es, das) et qui occupent sans leurcorrélat la position syntaxique 1 devant V2, reléguant le corrélat en position 3. Commeindices complémentaires permettant le calcul de l'interprétation, on peut envisager une étudeapprofondie des types de rôles thématiques attribuables à 1A et à 1B, qui déboucherait surune analyse plus fine encore des différences entre les deux sous-classes de subordonnées.
Observons en outre que, contrairement aux subordonnées 1A (dass, ob, wie), lessubordonnées 1B introduites par wenn et als exercent une contrainte sur le mode (lesubjonctif II est fréquent avec wenn ((50) Es wäre schön, wenn es ein besseres Beispiel gäbe. Spiegel2000 41 / 131 (Ce serait bien si l'on trouvait un meilleur exemple.)) ou sur le temps de la phrasecomplexe (cf. exemple (24)).
Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand - Au niveau 2A, nous trouvons les subordonnées liées circonstancielles temporelles, c'est-à-dire celles qui sont en relation avec le temps, l'aspect verbal, et l'Aktionart du verbe. On sait en effetque le choix entre les subordonnants wenn et als dépend de ces facteurs : le subordonnant als estutilisé pour des événements qui font date, alors que wenn se combine volontiers avec l'itératif.
Les subordonnées temporelles ont pour corrélats da et dann, et elles occupent conjointement avecleur corrélat la position syntaxique 1 devant V2. Nous avons donc un système de co-constituanceaussi étroite entre subordonnée et corrélat que pour le type 1A, mais cette fois au niveau descirconstants, et plus précisément au niveau de la sémantique de la phrase complexe réinterprétéecomme événement.
- Au niveau 2B, apparaissent deux types de subordonnées liées, qui se passent la plupart du temps de corrélat lorsqu'elles occupent la position syntaxique 1 devant V2, et dont l'incidence est trèsdifférente de celle des temporelles. Avec les subordonnées de cause et de but, nous avons deuxapproches de la relation de cause à effet; l'emploi de ces subordonnées suppose un choixidéologique de la part du locuteur, qui aborde le contenu verbal non plus comme un événementsituable dans le temps (ce qui était le cas de 2A), mais comme une action justifiée par la pluralitédes causalités complexes, chargées ou non d'intentionnalité. Pour Ricoeur, la causalité et lafinalité sont deux principes de justification des actions décrites, même si elles ne se situent pas aumême niveau ; Ricoeur écrit (1977 : 111) : "l’explication causale et l’explication téléologique(doublée de l’interprétation intentionnelle) n’ont pas le même explanandum ; ce que l’un expliqued’un côté ce sont les événements naturels : des parties du corps se meuvent ; ce qu’on expliquetéléologiquement, ce sont les actions déjà interprétées comme intentionnelles. " Gross et Prandi(2004) s'appuient sur les travaux de Ricœur pour préciser leur position : "L’explication desphénomènes naturels est généralement causale et donc retrospective. Un certain phénomènenaturel qui se donne comme tel indépendamment de l’explication – par exemple une chute deneige - est renvoyé à des causes qui lui sont externes. Elle devient prospective et quasitéléologique, dans les cas où une structure est expliquée par ses fonctions, qui rendentintelligibles les connexions de ses parties. (.) L’explication des actions humaines, par contre,est essentiellement téléologique : l’action se qualifie sur la base de l’intention qu’elle est destinéeà réaliser." (Gross/ Prandi 2004, 242) C'est donc à un niveau abstrait du contenu intraphrastiqueréinterprété comme une action inscrite dans un faisceau de causalités et d'intentionnalités quesemble se situer l'ancrage des subordonnées 2B.
- Au niveau 3A, le locuteur utilise la subordonnée comme argument en faveur de la thèse défendue dans la principale (subordonnée introduite par da, sofern, etc.), ou bien elle lui permet de réfuterun contre-argument à cette thèse (subordonnée introduite par obwohl, wenn auch, etc.). Cetterelation particulière d'organisation du discours peut être soulignée par un connecteur, qui nereprésente jamais un co-constituant homogène avec la subordonnée et qui a une place relativementvariable dans la phrase.
- Au niveau 3B, nous avons affaire à une subordonnée en w- ou ob (indéterminée), caractérisée en outre par la suspension des modalités énonciatives à l'aide du subjonctif 1 ou du modalisateurmögen, ou d'adverbes comme auch immer. La subordonnée propose un éventail de possibilitésnon assumées et le locuteur proclame son indifférence à ces éventualités non pertinentes pour lepropos. Formellement, elle est située en marge, hors du champ de l'énoncé, en avant-premièreposition devant V2. Tous ces marquages contribuent à renforcer le caractère de non-pertinence dela subordonnée 3B pour l'énoncé.
- Au niveau 4 enfin, nous avons une subordonnée qui a son propre projet, indépendant de celui de l'énoncé principal : le commentaire métalinguistique. Elle est extrêmement mobile, puisqu'onpeut la trouver antéposée, postposée ou incise, placée au plus près de l'élément qu'ellecommente. Elle est toujours introduite par un subordonnant global ou partiel en w- et elle n'estjamais accompagnée d'un corrélat ou d'un connecteur.
Nous voyons que la subordonnée parcourt un vaste champ qui va d'une relation syntaxique avecune tête lexicale au sein de la phrase matrice à une relation énonciative, dans le cadre d'un projetcommun à la principale et à la subordonnée (type 3A) ou de projets divergents (type 4). Les corrélatss'adaptent à ces différences de comportement et effectuent le même parcours, depuis la fonctionactancielle ou circonstancielle marquée par des corrélats anaphoriques, jusqu'aux connecteurs (cf.
Claude Muller, 1996). Il faut noter que ce sont les mêmes formes que nous retrouvons en tant quecorrélats dans le cadre des constructions hypotaxiques et en tant qu'organisateur des relationstransphrastiques dans le cadre des constructions parataxiques. De très nombreux auteurs ont étéfrappés par cette continuité de l'intraphrastique au transphrastique.
Le tableau 5 résume notre hypothèse sur les différents niveaux d'analyse des subordonnéesétudiées.
Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand Syntaxe : Valence verbale (complétives : dass complétive globale [+ det], complétive ob globale [+ alternative], complétive partielle w- Syntaxe : Valence verbale (complétive wenn Sémantique de l'action (circonstancielles de weil Subordonnée métalinguistique antéposée, was, postposée ou incise, située hors du projet wie, Nous allons voir maintenant comment interpréter ces observations en termes d'incidence syntaxiqueet sémantique.
Sur le plan syntaxique, il semble difficile de rendre compte de toutes ces constructions. Si nousessayons de représenter les différents niveaux repérés dans la cadre formel de la théorie X-barre, lessolutions suivantes sont envisageables : - pour les subordonnées de type 1, qui reposent sur la syntaxe de la valence verbale, adjectivale, etc., (complétives : complétive globale avec dass [+ det], complétive globale avec ob [+alternative], complétive partielle avec w- [+ indet, w-]), la subordonnée se situe dans l'incidenced'une tête lexicale, garante de ses propriétés sous-catégorisationnelles et de son rôle thématique.
Cela vaut aussi bien pour la classe 1A que pour la classe 1B, même si, pour 1B, d'autres facteurscomme le temps et le mode jouent indéniablement un rôle.
- pour les subordonnées de type 2A, circonstancielles temporelles qui reposent sur la sémantique du temps verbal (temps, aspect, Aktionsart), il faudrait étudier le meilleur moyen de rattacher lasubordonnée et son corrélat au niveau de I, dans l'incidence de IP; - pour les subordonnées de type 2B, circonstancielles de cause et de but, la subordonnée devrait être rattachée à un niveau plus élevé, dans l'incidence de CP; - pour les subordonnées de type 3A, la relation entre P et Q est de l'ordre d'un enchaînement textuel : la subordonnée Q sert d'argument à P. Nous sommes au niveau d'une grammaire qui relie unestructure CP avec un autre élément CP marqué comme subsidiaire sur le plan illocutoire; - pour les subordonnées de type 3B, les marquages d'indétermination et de non assertion font éclater le cadre énonciatif, jugé finalement non pertinent par l'énonciateur pour l'enchaînementtextuel. On ne voit donc pas bien à quel niveau représenter syntaxiquement ce qui est clairementhors du champ de l'énoncé.
- pour les subordonnées de type 4 enfin la subordonnée autonymique Q, hétérogène au projet énonciatif de P, constitue un énoncé commentatif subsidiaire à P. La subordonnée a presque le Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand statut d'un commentaire autonome et il suffirait de remplacer le subordonnant en w- par unanaphorique en d- pour basculer d'un tournure hypotaxique à une tournure parataxique (cf. lasubordonnée de type 4 dans l'exemple (15) : wofür alles spricht Dafür spricht alles (et tout le laisse àpenser)).
Sur le plan sémantique et cognitif, un certain nombre de pistes d'investigation semblentintéressantes. Nous avons déjà suggéré une étude des rôles thématiques attribuables auxsubordonnées actancielles qui permettrait de définir plus précisément la différence entre les types 1Aet 1B, une étude de la sémantique du temps, de l'aspect, et de l'Aktionsart du verbe pour lessubordonnées de type 2A et une prise en compte de la "sémantique de l'action" (Dorian Tiffenau,1977) pour les subordonnées de type 2B. Pour les subordonnées de type 3A, c'est la constructiondu schéma argumentatif intraphrastique qui est au coeur du problème; quant à la subordonnée 3B,elle résulte de l'éclatement de ce schéma. Quant à la subordonnée de type 4, la perspectivemétalinguistique la situe en dehors du projet énonciatif de P. Le tableau 6 résume ces propositionsde pistes d'investigation sémantique et cognitive.
Proposition de pistes d'investigationsémantique et cognitive Syntaxe : Valence verbale (complétives : [+ V], [SN0, _ , Sn1, ., SN Prep]complétive globale [+ det, dass], complétive Détermination du Rôle thématique de laglobale [+ alternative, ob], complétive subordonnéepartielle [+ indet, w-]) Syntaxe : Valence verbale (complétive [+ V], [SN0, _ , Sn1, ., SN Prep]globale [+ indet wenn], [+ det als] Détermination du Rôle thématique de lasubordonnée Sémantique du temps verbal : Temps, [+ V]aspect, Aktionsart (circonstancielles ponctuel ≠ duratif, état ≠ procès.
temporelles) Sémantique de l'action (circonstancielles de Phrase complexe réinterprétée commecause et de but) action définie par sa cause ou sonobjectif (Ricœur, Gross, Prandi) Sémantique du projet énonciatif et Phrase complexe réinterprétée commeargumentatif actualisé : Frame argumentatif projet énonciatif et argumentatifet contribution à l'organisation de la participant à l'organisation de lastructure textuelle structure textuelle. La subordonnéeconstitue un cadre pour l'énonciation.
Généralement, le contenu de lasubordonnée est présupposé et celui dela principale est posé.
Grâce aux marquages d'indétermination et constituer un cadre pour l'énonciation.
à la suspension des modalités énonciatives, Mais les marquages d'indétermination etla subordonnée est présentée comme non la suspension des modalités énonciativespertinente pour ce qui est asserté dans la font éclater ce cadre, jugé finalement nonprincipale.
pertinent pour l'enchaînementargumentatif Subordonnée métalinguistique antéposée, La subordonnée autonymique estpostposée ou incise, située hors du projet hétérogène au projet énonciatif de P.
énonciatif Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand Si les subordonnées de l'allemand ne forment nullement une classe homogène, une fonctioncommune correspond néanmoins à ce que nous avons appelé corrélats : ces éléments servent bien àsouligner la jonction entre subordonnée et principale, qu'il s'agisse de focaliser le lien syntaxiquepour les subordonnées de type 1 et 2, ou le lien argumentatif pour les subordonnées de type 3. Maisaucun d'entre eux n'est spécialisé dans une fonction intraphrastique puisqu'ils servent aussi àmarquer les relations interphrastiques au niveau du texte. Ce n'est certainement pas un hasard sil'allemand utilise les mêmes éléments de jonction dans les structures hypotaxiques et parataxiquescorrespondantes et c'est dans le cadre d'une grammaire du texte qu'il conviendrait de rendre comptede ces similitudes. Notons pour finir que, si les résultats de l'étude des corrélats en allemandconfirment bien l'hypothèse d'un continuum de la construction hypotaxique jusqu'à la constructionparataxique sur le plan pragmatique, la diversité de comportements des différents types desubordonnées pose néanmoins un problème très difficile pour l'élaboration d'un traitementsyntaxique unifié de phénomènes qui s'étendent sur un aussi large éventail, de l'intraphrastique autransphrastique et de la phrase au texte.
Bernard Colombat (ed), 2003, La grammaticalisation du français : qui que quoi vs quis quod entre XVIe et XVIIIIe siècles. Langue Française 139 Septembre 2003 Larousse Colette Cortès, 1988, Contribution à l'étude des relations syntaxiques: la relation circonstancielle dans les subordonnées de l'allemand moderne. Thèse d'Etat .
Colette Cortès, 2000, "Zur semantisch-pragmatischen Leistung der Hypotaxe im Deutschen". in M. Lefèvre (Hrsg.) Subordination in Syntax, Semantik und Textlinguistik. Tübingen: Stauffenburg (Eurogermanistik 15), 85-100 Colette Cortès, 2005, "Zum Finalitätsbegriff am Beispiel des um-zu-Satzes.". in Jean-François Marillier (Hrsg.) Infinitiv und Infinitivsatz im Deutschen. Tübingen: Stauffenburg (Eurogermanistik, sous presse) Tatjana Danilewitsch, 2002, Zu den Complementizern dass und ob. Untersuchung im Neuhochdeutschen und in auswählten Schriften Luthers. Peter Lang Frankfurt am Main Oswald Ducrot, 1972, Dire et ne pas dire. Principes de sémantique linguistique. Collection Savoir Hermann Paris.
Ulrich Engel, 1991, Deutsche Grammatik. Julius Groos. Heidelberg. 2. verbesserte AuflagePeter Eisenberg, 1994, Grundriss der deutschen Grammatik. Verlag JB. Metzler. Dritte, überarbeitete Auflage.
Hans-Werner Eroms, 2000, Syntax der deutschen Sprache. De Gruyter Studienbuch.
Eugène Faucher, 1984, L'ordre pour la clôture. Essai sur la place du verbe allemand. Presses universitaires de Nancy.
Jean Fourquet, 1970, Prolegomena zu einer deutschen Grammatik. Pädagogischer Verlag Schwann Düsseldorf.
Catherine Fuchs, 1993, Position, portée et interprétation des circonstants. Encore et les circonstants de localisation temporelle. in Claude Guimier : 1001 circonstants. Presses Universitaires de Caen Catherine Fuchs (ed.), 2004, La linguistique cognitive. Ophrys, Maison des sciences de l'homme.
Anne-Marie Garagnon et Frédéric Calas, 2002, La phrase complexe. De l'analyse logique à l'analyse structurale.
Gaston Gross / Michele Prandi, 2004 "La finalité. Fondements conceptuels et genèse linguistique". in Champs linguistiques. De Boeck Duculot. Bruxelles Pascale Hadermann, 1993, Etude morphosyntaxique du mot . DuculotDagmar Haumann, 1997, The syntax of subordination. Linguistische Arbeiten 373 Niemeyer Verlag TübingenSonja Kleinke, 2002, Englische Komplementstrukturen. Schematische und prototypische Bedeutungen. Peter Lang Danielle Leeman, 2002, La phrase complexe. Les subordinations. De Boeck. DuculotRené Métrich, 1983, La concession en allemand moderne in Paul Valentin (ed) L'expression de la concession.
Stefan Müller, 1999, Deutsche Syntax Deklarativ. Head-driven Phrase Structure Grammar für das Deutsche.
Linguistische Arbeiten 394 Niemeyer Verlag Tübingen Claude Muller, 1996a, La subordination en français. Le schème corrélatif. Armand Colin ParisClaude Muller (ed.), 1996b, Dépendance et intégration syntaxique. Subordination, coordination, connexion. Tübingen, Renate Pasch, 1986, Die Kausalkonjunktionen da, denn und weil . Deutsch als Fremdsprache. LeipzigRenate Pasch, 1987, Illokutionsstrukturen und Typen der Verknüpfung illokutiver Handlungen. Studia Grammatica.
XXV Satz, Text, sprachliche Handlung. Hrsg. W. Motsch. Akademie Verlag. Berlin. 119-161.
Wolfgang Raible, 1992, Junktion. Eine Dimension der Sprache und ihre Realisierungsformen zwischen Aggregation und Integration Carl Winter Universitätsverlag. Heidelberg Georges Rebuschi, 2000, Coordination et subordination, II: la co-jonction généralisée’; Bulletin de la société de Paul Ricœur, 1977. "La sémantique de l'action". in Tiffenau, Dorian (Ed): La sémantique de l'action. Editions du François Schanen, Jean-Paul Confais, 1986, Grammaire de l'allemand. Formes et fonctions. Nathan Université Paris Colette Cortès : Subordonnées et corrélats en allemand

Source: http://www.cavi.univ-paris3.fr/ilpga/colloque-coord-subord-2005/pre-textes/Cortes.pdf

Microsoft word - iwwf tue application procedure 201

Therapeutic Use Exemption (TUE) Procedure THIS PROCEDURE APPLIES TO ALL IWWF WORLD CALENDAR EVENTS Procedure for athletes who need to take a prohibited substance for medical reasons June 2010 version Please note: • The TUE request forms must be completed electronically if possible, or in BLOCK CAPITALS . • The TUE must be completed in English. If the medical info

openletters.net

Open Letters. Open Letters features the collected letters of: Open Letters July 23, 2000 ~ Vol. I, No. 5 For a free subscription to this, the weekly version of Open Letters, send a blank email to weekly@openletters.net. Open Letters also exists as a daily web magazine, at www.openletters.net. For a free subscription to the daily reminderfor the web magazine, send a blank em

Copyright © 2010-2014 Medicament Inoculation Pdf